Accueil > Un vent de changement > La transition vers le christianisme > L’histoire de vie de Rachel Uyarasuk

Photo Chesterfield mission catho. Nb

L’histoire de vie de Rachel Uyarasuk

Citation :
Rachel Uyarasuk

Nous essayions de pratiquer ce que nous savions du christianisme et d’observer les fêtes religieuses importantes. Et quand une femme accouchait, nous priions chez nous avant d’aller chez eux. Quand les personnes âgées allaient assister à une naissance, elles priaient d’abord. Si l’accouchement était long, elles priaient aussi pour de l’aide. Elles priaient de nouveau quand tout ce qui devait être fait avait été fait.

Si nous étions dans une période de famine et que quelqu’un apportait à la maison du phoque ou du caribou, nous priions avant de manger. Nous essayions de prier, parce que nous croyions que c’était ce que nous étions censés faire.
Présentation :
Dans le premier chapitre, Rachel Uyarasuk partage les souvenirs de son enfance à Kangiq&ugaapik et ses connaissances sur les pratiques de la religion durant les moments importants de la vie des femmes.

Rachel explique comment les vies au sein de petites familles ou communautés étaient différentes de la vie d’aujourd’hui. Les gens par exemple devaient constamment travailler et chasser ensemble, et restaurer l’harmonie après des tensions. D’autre part, les Inuit manquaient souvent de nourriture, parfois parce que quelqu’un avait commis un méfait. Pendant ces épreuves, il était crucial que ceux qui avaient de la viande partagent avec les autres. Le partage de la nourriture faisait partie intégrante de la vie à cette époque.

Une fois mariées, les femmes de sa génération amélioraient leur habileté à coudre grâce aux enseignements de leur belle-mère. Rachel parle des différents moments de la grossesse et des différents types d’accouchements et de naissances. Autrefois, quand elles devaient accoucher, les femmes devaient vivre leur travail seules. Dans ces moments, elles suivaient de nombreuses règles mais quand la nouvelle religion a été introduite, le pittailiniq n’était plus respecté. Ceci a changé la façon dont les femmes devaient aborder ces événements spéciaux. La chrétienté a aussi changé la façon de choisir les noms des enfants.

Vers la fin de l’entretien, Rachel parle des vêtements des femmes et des bébés et elle décrit les différents types d’amautiit qu’elle connaît.